Aller au contenu

 CONDITIONS COVID-19 ⚠ Port du masque à l’intérieur au choix & Réservation en ligne ↗

Ouvert 1er juillet au 31 août du mardi au dimanche de 11h à 17h00

Avant…

Peu de sources permettent de se faire une idée précise des jardins de Freÿr avant 1740. Une gravure d'après Remacle Le Loup dans l'in-folio "Les Délices du Pays de Liège" montre deux jardins clos de style renaissance au nord et au sud du château, un parterre de broderies et un bassin central. Y figurent également la collection d'orangers en alignement devant les orangeries. Le rythme vertical donné par les topiaires, l'art de la taille des arbres et arbustes.

La création des deux grandes terrasses à hauteur du château a nécessité la construction d’un long mur de soutènement, toujours présent, comme celui surplombant les douves.

Au-dessus, un grand verger de plein vent remonte vers les coteaux et le hameau.

Il ne s'agit pas encore de l'ensemble que nous connaissons aujourd'hui.

…Guillaume et Philippe-Alexandre

Suite au renversement des alliances en 1758, le pays connaît une ère de paix et de prospérité. Le chanoine-prévôt Guillaume et son frère Philippe-Alexandre de Beaufort-Spontin, tuteurs de leurs neveux à la mort du père de ceux-ci, portent une attention particulière aux jardins et leur donnent l’aspect somptueux, « à la française », que nous connaissons encore aujourd’hui. Ils ouvrent des perspectives, développent des axes, font construire un pavillon rococo couronnant le jardin supérieur...

A partir de 1769 les archives mentionnent la livraison de portails, d’éléments de pierre pour des bassins, le pavillon, les grands escaliers et la cascade.

Selon Le Nôtre

On attribue à Guillaume, le religieux, la distribution « selon Le Nôtre » de la « terrasse » de plain-pied avec le château.

Après lui, Philippe-Alexandre est l’ordonnateur du jardin supérieur, de ses charmilles en labyrinthe, des axes ouvrant la vue sur la Meuse, couronnés en 1775 par un délicat pavillon rococo.

Ce sont ces jardins, pratiquement inchangés, dont le visiteur goûte aujourd’hui encore les délices.